Les Gens du mont Pilat

C'était en 1916. Joseph arrivait de Verdun. Il était maigre. Il avait les yeux brillants. Il se tenait tout le temps au garde-à-vous. Il était artilleur. On a échangé quelques mots : - Alors, vous avez la chance d'être en permission ? - Oui. On ne peut pas dire qu'il était bavard. Enfin il a consenti à prononcer une phrase. "Je viens d'un endroit où il ne fait pas bon vivre." On s'est promis de s'écrire régulièrement. Et on a tenu parole, tous les deux. Claudia et Joseph Jeury furent les derniers témoins d'un monde disparu : celui des petits paysans du mont Pilat, sur la bordure orientale du Massif central. Une région qui, au début de ce siècle, était aussi belle et sauvage que déshéritée. Pour livrer ce récit de leurs années d'enfance et de jeunesse, ils ont fouillé leur mémoire à la recherche des gestes quotidiens, des gens et des lieux, des drames et des joies. Michel Jeury a su retranscrire la beauté simple de leur langage pour donner à ce texte sa force de vérité.