La Cigale du huitième jour

Février 1985, Tokyo, une jeune femme court dans les rues, un bébé dans les bras, qu’elle vient de kidnapper, sans préméditation. Elle court, l’enfant ne pleure pas, la scène n’est pas alarmante, une mère semble en retard quelque part dans la ville. Deux années de cavale s’ouvrent ce jour-là, deux années de fuite et d’effacement. Une relation fascinante entre une femme et un bébé que la peur et l’instabilité ne fragilisent pas.