Enfance, dernier chapitre

"Pendant que j’écrivais sur mes premières années, maman vivait, à Montpellier, ses quatre dernières. Sa mémoire immédiate l'abandonnait, mais demeuraient intacts la force de sa personnalité et ses souvenirs lointains, du temps de mon enfance, précisément. En me souvenant, je luttais contre son amnésie.

Sans doute, sa présence auprès de moi a-t-elle été décisive pour la construction de ce récit qui évoque notre vie en Tunisie, puis de ce côté-ci de la Méditerranée, et la conscience de n’avoir ni repères ni frontières. Mais c’est surtout aux sensations d’un paysage intérieur que je me suis attaché, m’arrêtant à l’orée de l’adolescence : quand tout était tracé de ce que j’allais être et que je n’ai pu m’empêcher d’anticiper ici. La mort de maman a arrêté cette remémoration écrite. Je ne pouvais pas aller plus loin. Le dernier chapitre avait été écrit."
René de Ceccatty